Ile rodrigues

L’île Rodrigues ou l’île détox ?!

Cela faisait environ une dizaine d’années que je n’avais pas remis les pieds sur cette petite île perdue de l’Océan Indien, île dont je n’arrivais pas à retrouver les souvenirs. Et pour être honnête, je n’avais pas vraiment gardé de bons souvenirs de ce lieu qui me paraissait désertique, fade et sans vie…peut-être en raison de mon jeune âge à l’époque.

Mais aujourd’hui, après avoir de nouveau eu l’occasion de visiter ce lieu atypique, j’ai constaté que nul endroit ne ressemble à Rodrigues, et je réalise ne pas avoir su apprécier chaque moment sur ce petit coin de paradis étant adolescent.

Mon escapade commença dès le premier jour au cours de la descente, avant l’atterrissage au-dessus de cet immense lagon bleu turquoise, pour ensuite continuer sur des routes montagneuses et verdoyantes. Plus je m’aventurais dans les terres et plus je me demandais si c’était bien la même île que j’avais visité il y a onze ans.
La majeure partie de mon séjour à l’île Rodrigues se déroula dans l’Est, que je recommande vivement à tous ceux recherchant tranquillité et évasion. Il m’était impossible de rester indifférent face à ce paysage impressionnant entre plaines, mer, collines et montagnes… qui faisaient de chaque jour une nouvelle aventure.

Pointe Cotton au Mont Grenade

Après avoir profité de la plupart des activités que proposait l’hôtel Cotton Bay, cette colline commença à attirer mon attention. Je me demandais quel genre de paysage il pouvait y avoir de l’autre côté et de quelle vue pouvait-on profiter depuis le Mont Grenade qui surplombait cette côte. J’alla donc y jeter un coup d’œil.

L’ascension en elle-même ne fut pas très dure et à ma grande surprise, pleine de rencontre avec la faune locale. Le mont est habité par une dizaine de vaches et ‘cabris‘ (chèvre de Rodrigues) qui n’hésitent pas, de par leur bêlement et meuglement, à signaler que nous sommes désormais dans leur territoire.

Arrivé au sommet, la vue est loin d’être décevante et bien au-delà des attentes. On découvre la côte dans toute sa splendeur, de Pointe Grenade à Pointe Cotton. Sous ce soleil brûlant accompagné de cette douce brise, on a l’impression que le temps s’est arrêté depuis un moment au Mont Grenade…

Pointe Cotton à Anse Ally

Cette balade débuta, elle aussi, depuis l’hôtel et m’emmena sur une des plus belles plages de l’île Rodrigues, Anse Sally.
Au cours de cette marche sur un mélange de sable, de roches volcaniques et de plaques de corail, je découvris une partie du monde marin de la côte Est sans même avoir eu besoin d’entrer dans l’eau - des crabes se promenant sur les rochers, des poissons se laissant traîner par le courant…

Par cette eau limpide et la couleur des coraux, on comprend que ces eaux regorgent de vie.  Au cours de cette balade, il n’y a aucun bâtiment à l’horizon, aucune activité touristique. Uniquement le bruit du vent, le bruit des vagues qui déroulent lentement sur le récif et le chant des grillons qui rythme cette balade.

Trou d’Argent

Une autre balade, qui elle, débute de la longue plage de sable blanc de Saint François. Après une quinzaine de minutes de marche en plein milieu d’une forêt de filaos (arbre typique de l’île Maurice, la Réunion et Rodrigues), on arrive sur la petite plage paradisiaque de Trou d’Argent. Encerclée par une colline, la mer et deux plaques de corail, on a cette impression d’être seul au monde qu’on ne retrouvera surement nulle part ailleurs.

Après plusieurs jours passé dans l’Est et n’ayant très certainement pas pu découvrir tous les autres lieux étonnants dont recèle cette région, une question me vient à l’esprit. Mais qu’aurais-je découvert au Nord, au Sud, ou à l’Est de l’île ?

A croire que Rodrigues est une histoire entre l’homme et la nature qui ne s’arrêtera jamais.

A très bientôt Rodrigues !

[shareaholic app="share_buttons" id="19233422"]

(Visited 207 times, 1 visits today)

Posted in Non classé.